Ruines -> Extrait de La guerre du poil

Ma môme, comme la plupart des enfants du début du XXIe siècle est sujette à la propagande d'Etat à propos de la citoyenneté et de l'environnement. « Il faut sauver la planète !!! » m'hurle-t-elle lorsque, avec négligence, je jette la bouteille de sirop en métal dans la poubelle prédestinée au papier. Les maîtres des écoles n'ont ils pas honte d'instrumentaliser ainsi des enfants qu'ils n'ont même pas faits eux-mêmes ??? - Sont-ils obligés d'être aussi zélés dans ce martelage de crâne, cette entreprise mange-cerveau ??? Il y a des tartes qui pourraient se perdre, mais comme ça ne me coûtera rien de talocher ma môme (elle a pas de syndicat, elle!), c'est elle qui prend à la place de sa maîtresse ! - « Pan la môme ! Dans ta gueule ! » Non mais dites voir ?!? - « Sauver la planète » ?!? - La planète de qui d'abord ?!? Si je veux me balader on me ponctionne : essence, sustentation consommable à tout va. Même au fin fond de la Lozère ou de la Creuse, tu trouves du barbelé avec un écriteau : « Propriété privée ». Les gens comme moi sont remerciés... : « veuillez circuler... y a rien à voir ! » C'est la planète des riches, pas la mienne. Moi, je suis dans mon appartement. J'attends le 5 du mois à partir du 10, autant dire que j'attends tout le temps. La planète ? - On m'en accorde une parcelle superposée contre un droit d'y exister que l'on appelle « loyer ». Et vous voudriez que je sauve ça ??? - Non mais dites donc, messieurs dames, je suis pas fou ! J'en ai rien à foutre de votre monde de merde ! Faites moi donc un bon petit monde sans Etats ni frontières ni propriétés, et je daignerai m'intéresser à cette histoire environnementale. De toute façon, je suis au premier, à 8 mètres au dessus du sol... Avec la fonte des calottes glacières, je m'imagine parfois à Venise et pense avec joie à tous ces chiens d'épiciers qui crèvent de rien sur les tiroir-caisses de leurs boutiques en rez-de-chaussée ! Quelle joie d'anticiper la ruine d'un monde qui a ruiné ma vie... * La ruine... Il n'y a que ça de vrai ! C'est joli une ruine. Ça donne envie d'en faire quelque chose, on imagine comment faire et y faire. Je te mets une chambre par-ci, une bibliothèque par-là... Avec une ruine, au moins, on peut dépasser le présent. J'en conclus donc qu'il faut faire de notre monde une ruine pour pouvoir le rendre intéressant... Et ça urge ! Parce que là, c'est vraiment pas folichon... ! Par exemple, le monde de séduction et de convoitise qu'a généré la pornocratie. C'est sophistiqué, raisonnable, enviable même... mais que c'est chiant !!! C'est chiant comme n'importe quelle forme de relation où on cherche à s'accaparer l'autre en prétendant l'aimer. Il ne s'agit pas de le découvrir, de s'en faire surprendre ni même de l'imaginer : il ne s'agit que d'avoir quelqu'un dans son giron. La pornocratie a établi en guise de norme, une grande masturbation conjugale où les conflits deviennent plus jouissifs que n'importe quoi, parce qu'au moins, dans les conflits, il y a un enjeu : savoir qui domine qui, qui consomme qui, qui exploite qui. Voilà mon ambition : ruiner l'amour tel qu'il existe dans notre monde. Il s'agit ici de jouir ensemble. De jouir de la ruine du monde pour nous purger de nos intentions et paresses, pour expier – Oui ! Expier ! - nos passions idolâtres et nos avilissement résignés. Et ceci, cher-e-s lecteurs-trices, passe par l'anéantissement du poil ! Ce symbole ô combien végétatif qui s'impose à nous, doit être arraché ! L'épilation est la mortification des Saints des temps modernes ! Les toisons et les aisselles, les torses et les jambes, tout doit y passer ! Tel est le Jihad mondial qui se profile à l'horizon ! Dans un retour sur soi-même et ses poils, l'humanité peut avoirl'occasion de communier en un grand cri dépilatoire – un cri enfin unifié et dépassant les langues et les frontières, les genres et les cultures ! Karl Marx, Jésus et Muhammad en avaient rêvé... La cire chaude le permet !

Joseph Kacem - "La guerre du poil" - Simorgh du Gard, 2014


Dernier post
Suivre Joseph Kacem
  • Facebook Classic
  • overblog.jpg